Vous êtes ici
Accueil > Maison > Les règles de sécurités en maçonneries

Les règles de sécurités en maçonneries

Les maçons sont amenés à travailler dans un environnement présentant de nombreux risques. En effet, les accidents dus aux manutentions de lourdes charges, de la hauteur du lieu de travail, de l’inégalité du sol peuvent engendrer de graves blessures voire la mort. L’utilisation de certains produits peut également avoir de conséquences néfastes sur le corps des professionnels. Il n’est pas rare de voir que certains maçons d’un chantier ont des problèmes de santé comme les douleurs musculaires, les irritations ou plus graves encore comme le cancer.

Face à ces différents constats, il est nécessaire de mettre préalablement en place des mesures de sécurité collectives, qui complètent les mesures de protections individuelles.

Les mesures collectives.

Le but de ces mesures préventives est de faire diminuer l’exposition des travailleurs aux différents risques du métier. L’identification des risques en amont permet de les éviter. Ainsi, des mesures doivent être prises dès l’installation du chantier. En effet, la plupart des accidents viennent du fait que le chantier soit mal organisé. Le rangement des outils et des matériels est donc à prioriser. L’existence de plusieurs maçons travaillant ensemble sur un chantier nécessite de l’organisation de la circulation des personnes, des engins et des approvisionnements pour que ces derniers ne retardent pas l’avancée des travaux. Un bon éclairage peut éviter bien de risques inutiles de chutes.

Les abris ou cantonnements doivent comporter des vestiaires, des toilettes et sanitaires, et éventuellement des douches. Les règles d’hygiènes ne doivent pas être prises à la légère pour préserver la santé et le bien-être des travailleurs. D’ailleurs elles sont obligatoires sur un chantier.

En cas de gros chantier nécessitant l’intervention de plusieurs entreprises de maçonneries, l’intervention d’un coordonnateur Sécurité et Protection de la Santé (SPS) est prévue par la loi. Pour éviter les risques induits par la co-activité, il doit rédiger un Plan Général de Coordination (PGC) pour tous les chantiers importants sur lesquels interviennent, simultanément ou successivement, plusieurs entreprises.

La grande majorité des travaux de maçonneries se passent en hauteur, perchée sur un échafaudage, à plusieurs mètres du sol. Ce qui accroit considérablement les risques de chutes. Ainsi, chaque fois que cela est possible, il est nécessaire de prévoir un maximum d’opérations au sol pour diminuer le travail réalisé en hauteur. La circulation doit s’effectuer en toute sécurité lors de la montée ou encore la descente des échafaudages. L’accès aux planchers de travail doit être réalisé par l’intérieur, grâce à des planchers équipés de trappes et d’échelles d’accès, de préférence inclinées. Un garde-corps supplémentaire doit être prévu au niveau de la travée d’accès pour éviter le risque de chute de hauteur depuis l’échelle. L’utilisation des échafaudages est nécessaire, mais elle doit être régulièrement contrôlée pour éviter qu’il ne s’encombre ou mal sécurisée. D’ailleurs, certaines gammes de protections doivent être présentes sur un échafaudage à savoir le garde-corps de montage et de sécurité, les plaques pour pieds d’échafaudage pour sa stabilité, les filets à débris, etc.

Ces mesures particulières doivent être prises pour la sécurité de l’ensemble des professionnels qui travaillent sur un chantier.

Les mesures de protections individuelles

Les mesures prises collectivement font diminuer les risques d’accident de travail, mais elles ne les éliminent pas pour autant. Ainsi tout professionnel dans le domaine de maçonnerie comme ce maçon expérimenté qui se trouve dans le Loiret se munit toujours des Équipements de protections individuelles(EPI).

Il s’agit des casques de chantier, des chaussures ou bottes de sécurité, les lunettes de protection des gants imperméables en nitrile ou néoprène, des protections auditives antibruit, des masques anti poussières lors des travaux de démolition, vêtement de signalisation à haute visibilité si travail près d’une voie publique, etc.

Le maçon doit respecter à la lettre toutes ces mesures de sécurité individuelle ou collective pour pouvoir travailler en toute quiétude.

Laisser un commentaire

Top